Vineabox » Bière » Comment brasser la bière soi-même ?

Comment brasser la bière soi-même ?

  • Post author:
  • Post category:Bière

Le retour des beaux jours annonce le début de la période de la bière. Fatigué des bouteilles fades, mais intrigué par le royaume énigmatique du brassage de cette boisson glorieuse ? Pourquoi ne pas fabriquer la vôtre ? N’importe qui peut fabriquer de la bière dans sa propre maison. C’est très facile à préparer.

Un peu comme la pâtisserie, la bière ne peut être consommée qu’après quelques semaines de préparation. En conséquence, vous devrez vous armer d’un bon esprit et de persévérance.

Les éléments pour brasser sa bière soi-même

Commençons par les bases. La bière artisanale est composée de quatre ingrédients principaux qui se répartissent comme suit :

  • Le malt ;
  • Le houblon ;
  • La levure ;
  • L’eau.

Un tas d’outils sont nécessaires pour faire une bière réussie ! Trois pots de taille importante sont importants pour le processus : un pour porter la boisson à ébullition, un pour chauffer l’eau pour laver les graines et un pour le brassage. Une spatule, un moulin à grains, un brûleur puissant et un couscoussier sont également nécessaires, ainsi qu’un récipient supplémentaire pour le processus de fermentation.

Les étapes pour brasser une bière soi-même !

Cette boisson est fabriquée en faisant fermenter une purée de bière, un fluide agréable obtenu en broyant le grain de malt dans de l’eau chauffée, à une température appropriée, ainsi qu’en séparant le fluide des sédiments et en chauffant cette boisson avec du houblon, jusqu’à un point d’ébullition.

Après avoir choisi votre base de malt, broyez-la dans un moulin à grains qui sert également de broyeur. Cela permet aux substances du grain d’être éjectées de sa coque, alors que seule la base est conservée.

Le brassage et l’empâtage de sa propre bière

La première chose à faire est de chauffer le brûleur à soixante-dix degrés, puis d’ajouter le malt à la casserole d’eau, la quantité de liquide doit être égale à la moitié de la quantité de bière que l’on s’attend à obtenir.

Fouettez avec une spatule jusqu’à ce que la consistance s’épaissît. Même s’il faut ajouter de l’eau, l’épaisseur du mélange doit être moyenne ! Après une heure à surveiller la température et à attendre qu’elle se stabilise entre 60 et 70 degrés, ne changez la température qu’entre les deux valeurs mentionnées précédemment. Le but est d‘éliminer l’amidon du malt, afin de le convertir en glucose.

Le moût

Faites chauffer un récipient d’eau à 76 °C, dont la quantité doit être similaire à la quantité d’infusion prévue. Pour faire le moût, placez le couscoussier sur une marmite et mélangez le malt et l’eau dans le récipient de clarification.

Comme beaucoup le savent peut-être, le moût est une solution sucrée qui résulte du filtrage de l’eau et d’une combinaison de malt épais. Pour faire les sucres de malt, versez de l’eau à 76 °C sur le mélange.

L’ébullition du moût est nécessaire. Dès que la température s’est calmée et que la mousse s’est dissipée, commencez à ajouter soigneusement le houblon, de façon progressive surtout.

Le refroidissement de la bière maison

L’objectif est de faire passer, le plus rapidement possible, la température du moût de 100 °C à 20 °C. Il existe plusieurs solutions disponibles, cependant, l’utilisation d’un circuit d’eau froide avec des serpentins est la méthode privilégiée. D’autres façons, comme mettre le pot dans un bain de glace, peuvent être utilisées.

La fermentation, une étape clé pour brasser la bière soi-même

La fermentation est l’étape ultime du processus de brassage et c’est cette étape qui donne à la bière ses caractéristiques distinctes. De toute évidence, les levures sont responsables de la conversion du sucre de malt en alcool et en CO2.

Mélangez la levure et agitez vigoureusement pour favoriser la croissance des micro-organismes nécessaires à la fermentation. Le CO2 doit être éliminé de l’atmosphère à l’aide d’un système d’évacuation du CO2.

Heureusement, les kits typiques comprennent un tube qui peut être inséré à travers l’ouverture du couvercle, le gaz s’évapore alors, sans atteindre le moût, lorsqu’un dispositif stérilisant est installé à l’extrémité opposée du tube.

La fermentation commence par le premier bruit de bouillonnement, il faut donc attendre trois jours avant de retirer le tube d’évacuation du CO2 et de le remplacer par le bulleur. La purée doit être transportée dans un endroit sombre et laissée fermenter pendant le temps spécifié et le tout sera enfin prêt.